Murmures en continu

pour retrouver, dans les archives, un murmure particulier ou plus ancien, utiliser le moteur de recherche ci-dessous :

Index des murmures

 









Murmure en détail

  • Loire
    Croisière inaugurale du premier paquebot fluvial à aubes de CroisiEurope
    08 avril 2015 - 09:42
    Le "Loire Princesse" franchit le pont de St Nazaire (Photo B.Biger)Le 2 avril, sitôt baptisé, le "Loire Princesse" -  tout dernier paquebot fluvial de la compagnie CroisiEurope - a commencé à baratter la Loire avec ses deux roues à aubes (*). Brève croisière inaugurale, entre Nantes et Saint-Nazaire, pour un petit groupe de journalistes étonnés, épatés et conquis : malgré sa taille respectable (90m x 15m) et la centaine de passagers qu'il peut embarquer, le bateau n'excède jamais 0,80m de tirant d'eau ! Une prouesse technique qui lui ouvre le grand fleuve jusqu'à Angers, même en période de sécheresse...

    Au moment de bénir le bateau, le père Gilles Bolle, aumonier de la marine, a rappelé malicieusement que "bénédiction" - bene dicere - signifiait "dire du bien". Et il s'en est dit beaucoup !... Les deux marraines du "Loire Princesse"- Johanna Rolland, la maire de Nantes, et Charlotte Britz, maire de Sarrebrücken -, son parrain - Laurent Castaing, directeur général des Chantiers de l'Atlantique STX-France -, et les nombreux intervenants, parmi lesquels le petit-fils de Jules Verne et le patron de l'agence "Richou-Voyages", n'ont pas été avares de superlatifs. Ils ont dit, bien sûr, tout le bien qu'ils pensaient du bateau, mais ils ont surtout dit ce qu'ils en attendaient comme retombées en matière de tourisme et d'emploi. "Nous nous sommes engagés pour six bateaux sur trois ans", précisera d'ailleurs le P.D.G. du groupe "CroisiEurope Finances", Patrick Schmitter, en charge de la construction des bateaux de la compagnie.

    La joie des deux "inventeurs", Patrick Schmitter (D) et Thibaut Tincelin (G) (Photo PJL)Il est vrai que le "Loire Princesse" ne manque pas de charme : ligne élégante, épurée, raffinée sans ostentation, moderne sans agressivité, avec ses deux grandes roues à aubes latérales, sobrement carénées. Et puis, plaisant clin d'œil aux célèbres "inexplosibles" qui sillonnaient la Loire il y a une centaine d'années, une grande cheminée est implantée au milieu de la terrasse, au travers d'un vaste vélum. Même sobriété dans l'aménagement intérieur, avec une décoration chaleureuse mais sans clinquant. Salon-bar ouvrant sur l'extérieur par de larges baies vitrées, vaste salle à manger permettant d'accueillir tous les passagers en un seul service. Les 48 cabines sont classées "5 ancres", et chacune des 30 cabines du pont supérieur dispose d'un balcon, ce qui est fort rare en croisière fluviale.

    Mais la principale caractéristique de ce grand bateau à aubes, sa particularité, c'est avant tout son très faible tirant d'eau : moins de 80cm en charge ! "Un défi gagné par le choix d'une carène très plate, la finesse des tôles d'acier utilisées, et l'adoption de superstructures en aluminium et sandwich aluminium très allégées", explique l'architecte naval, Thibaut Tincelin, patron de Stirling Design International et "inventeur" du "Loire Princesse". "De même, précise-t-il, ça n'était pas évident de faire passer la puissance sur des roues à aube. Elles n’ont pas de gros rendement et il faut se mettre sur les bonnes plages d’utilisation." Un travail d'étude confié aux ingénieurs nazairiens d'Arco Marine qui ont calculé la taille des deux roues (4,70m de diamètre et 1,8m de large) et l'implantation légèrement oblique des pales.

    Moteur Volvo Penta 500, et réducteur de la roue à aube du Loire Princesse (Photo PJL)  "Seule différence avec une propulsion à hélice, nous dira le commandant du bateau, Jean-François Robin, les démarrages sont plus lents, mais ensuite la souplesse est étonnante. On pivote sur place et on ne laisse dans le sillage que deux petites trainées." Les deux moteurs diesel Volvo-Penta de 500 CV sont en prise directe avec les roues, au travers un réducteur qui ramène à 30 tours par minute une rotation moyenne de 1.200 tours/min en sortie de moteur (vitesse maximum du bateau : 15km/h avec un régime moteur de 1.800 tours/min). Par mesure de sécurité, et pour faciliter les manœuvres, deux propulseurs (200kW) de type hydrojet, orientables à 360°, sont implantés à l'avant et à l'arrière du bateau.

    Le "Loire Princesse" naviguera d'avril à novembre pour des croisières de 6 à 8 jours entre Saint-Nazaire et Angers. Il y fera escale, ainsi qu'à Nantes et Ancenis, de façon à permettre aux passagers d'aller à la rencontre de l'impressionnant patrimoine de ces villes, puis de poursuivre par des excursions jusqu'à Saumur, Azay-le-Rideau, Villandry et Ussé. Saint Nazaire et Nantes ont d'ailleurs offert aux participants de cette croisière inaugurale un avant-goût jubilatoire des prestations touristiques qu'elles étaient en mesure de proposer...

    NOTE => (*) Premiers tours de roues du "Loire Princesse" : Une brève vidéo de 2.28mn montre le premier appareillage du "Loire Princesse" à Nantes et ses premiers tours de roues accompagnés par les trompes des bateaux croisés. Admiration, émotion sur les quais. Quant à la joie des deux "inventeurs", Patrick Schmitter et Thibaut Tincelin, elle est, vous le verrez, très communicative...
  • Voies d'eau : Loire - Loire (maritime)
    Bateau : PAQUEBOT FLUVIAL
    Devise : Loire Princesse
    Longueur : 90 m

  • Constructeur : CROISI-EUROPE
  • les derniers murmures Réagir à ce murmure
     
Nouvelle fiche complémentaire


FREYCINET ERP 2 niveaux
Cuisine professionnelle entièrement équipée
Sono et jeux de lumières, Bar
Salle panoramique, en bas salle de dance
350000 € à débattre
Tél : 06 87 68 85 82
> en savoir +